Monday, April 21, 2014

DIY : Lotion tonique pour le visage - naturel & fait maison.


J'attache une grande importance à ce qui est naturel.

C'est pour cela que j'ai complètement arrêté d'acheter des cosmétiques pour la peau. Pourquoi tant de noms agressifs et complexes réunis dans un produit où seulement trois ou quatre d'entre eux seraient réellement utiles ? Je n'aime pas me dire que j'applique ces substances inconnues, voire nocives. Je me tourne de plus en plus vers le tout naturel et le fait maison - le dilemme, c'est la décoloration de mes cheveux, mais c'est une autre histoire.
Mon geste du matin pour faire ma toilette, c'est d'appliquer cette lotion tonique sur mon visage pour me "réveiller", puis de l'huile de coco pour m'hydrater.

Passons donc aux choses sérieuses. Qu'avons-nous besoin pour créer une lotion tonique au naturel ?

• Un sachet de thé vert (antioxydant, purifie et apaise la peau)
• Un demi-citron (éclaircissant, tonifiant, anti-imperfections)
• Quelques gouttes de votre huile essentielle préférée (parfume, vertus différentes selon les huiles)
• Optionnel - Un peu de bicarbonate de soude (exfoliant)
• Un flacon vide (j'en ai pris un de 200 ml) et éventuellement un entonnoir (on peut se débrouiller sans, mais personnellement j'en ai mis partout à côté).

Faites chauffer de l'eau jusqu'à ce qu'elle soit frémissante. Laissez infuser votre thé vert dedans pendant toute une journée. Une fois le thé infusé, versez-le dans votre flacon, pressez le demi-citron et ajouter le jus, les gouttes d'huile essentielle et quelques pincées de bicarbonate de soude si vous le souhaitez. Fermez le flacon, agitez bien le tout. Voilà, votre lotion est prête ! Vous pouvez ensuite vous hydrater avec une huile végétale, selon votre type de peau.
Simple et efficace, votre peau en sera plus douce et radieuse ;-)

Quelles sont vos astuces pour avoir un beau teint ?



Homemade and natural facial toner.

I attach importance to natural products. That's why I've stopped to buy cosmetics for the skin. Why so many agressive and complicated names gathered in a product where only three or four of them would be really useful ? I don't like to think that I apply those unknown substances on my skin. I'm more focused on the all-natural and homemade products - the dilemma is that there's no natural way to bleach my hair, but that's another story.
The morning, I use this facial toner to "awake" my skin, then I moisturize it with coconut oil.

So, let's start to make our own natural facial toner ! What do we need ?

• A green tea bag (antioxidant, purifies and soothes the skin)
• 1/2 lemon (lightens, anti-imperfections)
• Few drops of your favourite essential oil (check out the different properties of essential oils)
• Optional - 1/2 teaspoon of baking soda (exfoliates)
• An empty flacon (I took one of 200 ml) and eventually a funnel (even though you can manage without it).

Heat water until it simmers. Pour the water on the green tea bag, steep it for a day. When it is done, pour it in your flacon, squeeze the lemon, add its juice, the drops of the essential oil and the baking soda. Close the flacon and shake it. There it is, your lotion is ready ! Then you can moisturize your skin with vegetable oil, according to your skin type.
Simple and effective, your skin will be softer and radiant ;-)

What are your tricks to have a beautiful complexion ?





Follow Couleur Spleen Follow Me on Pinterest

Monday, March 31, 2014

The Moon belongs to Everyone.


Le temps était mélancolique, pour un dimanche de printemps.

Gris d'hiver, gris de vent. Les immenses flaques d'eau boueuses freinaient les passants dans leur promenade bucolique. C'est ainsi, on ne peut jamais prendre une saison pour acquise. Mais rien n'y fera; dans ma tête c'est le printemps.
Tout un monde reprend forme. Chaque année c'est le même spectacle, simple mais magique. Un spectacle que l'on ne prend plus le temps de regarder, qui a vu disparaître, au fil des siècles, les poètes et les artistes dépeignant sa volupté. Le printemps, c'est une lueur d'espoir : tout, dans l'univers, est un cycle. Il y a une renaissance, une résurrection de chaque parcelle de vie. On devrait s'en servir de leçon; rien n'est figé, même de la plus grise des existences pourra éclore un soupçon de couleurs et d'harmonie.

On dit que les hirondelles ne font pas le printemps, tout comme les robes. Malgré tout, j'avais la terrible envie de porter celle-ci qui vient de chez Koshka, que j'ai superposé à une chemise. Les bourrasques faisaient battre les manches, qui semblaient prendre un volume démesuré, des centimètres de tissu apparaissant soudainement, sortis de nulle part.
J'aime bien l'air marin de cette robe. Bleue et blanche, comme les vagues et l'écume. Ça me rappelle quelques chef-d'œuvres de l'art japonais.

Et vous, qu'est-ce qui symbolise votre printemps ?



It was a melancholic weather, for a sunday Spring.

Grey as winter, grey as the wind. The immense muddy puddles slowed down the passerbys during their bucolic promenade. That's how it is, we can never take a season for granted. Still, nothing can help; it's Spring in my head.
An entire world goes back to life. Every year is the same show, simple but magical. A show we tend to forget to look at, and which has seen disapearing, over the centuries, poets and artists depicting its volupty. Spring is a glimmer of hope : everything in the univers is a cycle. There is a revival of each fragment of life. We should learn from this fact; nothing stays still, even from the greyest life it might blossom a pinch of colours and harmony.

In France, we say "One swallow does not make a spring." It's the same for dresses. Nevertheless, I had the strong desire to wear this one from Koshka, that I layered with a shirt. The squalls made the sleeves floating in the air, taking disproportionate volume, centimeters of fabric coming from nowhere.
I love the sailor style of this dress. White and blue, as the waves and the foam. It reminds me some masterpieces of Japanese art.

What is the thing which symbolizes Spring for you ?



Dress : c/o Koshka / Sheer shirt : H&M / The rest is second hand

Friday, March 21, 2014

L'Égalité.


Je fais partie de ces personnes qui font des monologues intérieurs.

Faire des débats sur un thème précis, exposer différents points du vue, décider duquel correspond le mieux à ma façon de concevoir le monde.

La définition du féminisme, selon le dictionnaire, est l'action qui vise à étendre et améliorer les droits des femmes au sein de la société. C'est une chose qui devrait couler de source et qui me semble plus que primordiale; l'homme ayant exercé, pendant des siècles, une domination injustifiée sur la femme, il est grand temps, avec l'avancée du monde moderne, de mettre en place un équilibre, une égalité homme/femme. Même si tous les pays n'en sont pas au même stade à ce sujet, l'important n'est pas de se préoccuper du monde, mais de ce qui est à notre portée, de ce que nous pouvons faire à notre échelle. Néanmoins, ce n'est pas si simple. De mon point de vue, tant qu'on divisera l'espèce humaine en deux sous-catégories différenciant leurs sexes, jamais on ne pourra être sur un même pied d'égalité.

"Diviser, c'est catégoriser. Catégoriser, c'est opposer, engendrer un conflit."

À partir du moment où deux groupes sont répertoriés distinctement, se sentant différent l'un de l'autre, il y en a un des deux qui voudra s'imposer. C'est ainsi dans n'importe quel contexte, ethnique ou religieux par exemple. Sur le net, on peut tomber sur nombres d'articles pseudo-scientifiques cherchant à démontrer les différences hommes/femmes - ont-ils le même cerveau ? Les femmes sont-elles plus jalouses ? Les hommes sont-ils moins émotifs ? - des questions à la con, excusez-moi du terme. On veut nous faire croire que les hommes et les femmes sont des entités différentes, qui n'ont pas la même manière de penser ou de voir le monde. On n'arrête pas de faire des généralités absurdes et des idées préconçues qui creusent encore plus le fossé.
Pourtant, à part des différences physiques indéniables, je ne crois pas qu'à la naissance, un homme et une femme soient différents l'un de l'autre. Le deviennent-ils car on leur a dit, depuis leur enfance, de l'être ? Car la société nous enveloppe dans des rôles précis, elle veut définir le genre, dès le plus jeune âge. Ce que l'on prend alors pour naturel n'est que superficiel. Ce n'est pas inné, mais acquis à cause des codes insensés qui ont étés instaurés.
Si l'on pensait en terme d'être humain, avant de penser en terme de genre, alors peut-être que l'on pourrait avancer vers une vraie égalité. Mais pour ça, il y aurait déjà des mots et expressions misogynes, pourtant cités au quotidien, qui devraient être supprimés du langage. Car malheureusement, la langue française, si belle soit elle, en est remplie. Rien que le terme "Homme" pour désigner l'ensemble des êtres humains illustre parfaitement cet exemple, ou encore cette règle qui vise à appliquer le genre masculin même si les femmes sont en nombre supérieur. Inconsciemment, on donne une plus grande importance au genre masculin.

Qu'en pensez-vous ? Le genre nous divise t-il ? Permet-il de nous aider à nous construire, ou, au contraire, nuit-il à notre apprentissage et à notre égalité ?



I'm this kind of person who make inner monologues.

Having discussions with different points of view, and deciding which one suits the best to my values and my way to conceive life.

The definition of feminism, in the dictionnary, is the movement which defends and establish rights and equality between women and men. It is something which seems to be obvious; men, for centuries, exerted an unjustified domination on women. We are lucky enough to live in a modern and advanced society, it's high time to settle equality between genders. Even if all the countries are not on the same level about this topic, the most important is to be concerned about what happen in our surroundings, and change what is in our reach. However, it is not as simple as it sounds. In my opinion, as long as we will divide the human species in two sub-categories differencing their sexes, never we could be on an equal footing.

"Dividing is categorizing. Categorizing, it's opposing, creating a conflict."

When two groups are listed distinctly, feeling different to each other, one of them will try to impose itself. It is the case in several contexts, such as religion or ethnicity. On internet, we can read tons of so-called scientific articles trying to figure out what are the differences between men and women - do they have the same brain ? Are women more jealous ? Are men less emotive ? Dumb questions. They want us to think that men and women are two different entities, without the same way of thinking. There are always generalities and preconceived ideas which dig deeper the existing gap.
However, despite undeniable physical differences, I don't believe women and men are different when they born. Do they become different because they are told, during their childhood, to be different ? Society wrap us in specific roles, it wants to define gender very early. What we take for natural is only superficial. It is not innate, but acquired because of the senseless codes that have been established.
If we could think in term of human being, before thinking in term of genders, then maybe we could walk in the direction of a true equality.

What's your opinion ? Does gender divide us ? Does it allow to build oneself as a human, or, on the contrary, does it damage our learning and our equality ?


Friday, March 14, 2014

Souvenir d'un voyage.


J'ai bien envie de vous conter l'histoire du badge rectangulaire, "Палех".

Je l'avais acheté, lui et un autre vraiment superbe, dans une petite boutique à Veliko Tarnovo, en Bulgarie. C'était un magasin magnifique, en bazar, rempli de vieilleries soviétiques. Ce genre d'endroit où il est presque impossible de tout voir, où les montagnes d'objets forment une harmonie qu'on ne voudrait pas bouleverser. Le vendeur, parlant anglais - une chance ! - m'offrit le café, et nous discutâmes longuement. Je repris la route, heureuse de mes deux petites trouvailles que je m'empressa d'épingler à ma veste. Malheureusement, à mon arrivée à Sofia, la lanière de mon sac, trop précipitamment remit, arracha tous mes badges qui s'étalèrent sur le pavé. Perdue dans la ville, et pressée car j'étais attendue, je n'ai pu en récupérer qu'un sur les deux tombés. L'autre, un joli badge rond et doré dont l'image est maintenant voilée par le temps, est peut-être encore sur le béton dur d'une rue de Sofia. J'aurais toujours le regret de ne pas l'avoir retrouvé. Il y a de ces objets sans lesquels un souvenir sombrerait dans le néant, à jamais oublié. C'est sans doute pour ça que, sans être pour autant matérialiste, j'attache une importance particulière aux babioles qui raniment des bribes de vie.

Vous attachez de l'importance aux objets ?



I feel like sharing with you the story of the rectangular badge, "Палех".

I bought it, with another one, in a small shop in Veliko Tarnovo, a city of Bulgaria. It was an amazing shop, a messy shop, filled with old sovietic stuff. This kind of place where it's barely possible to see everything, where the mountains of objects are shaped in such a harmony we wouldn't like to disarranged. The seller, speaking english - what a luck ! - offered me coffee and we talked for a while. I went back on the road, proud of the two finds I immediately pinned on my jacket. Unfortunately, when I arrived in Sofia, the strap of my bag teared off all the badges which fell on the ground. Lost in the city, and in a hurry as I was expected, I only found one of the two badges. The other one, a beautiful round golden badge whose image is now obscured by the passed years, is maybe still on the hard concrete in Sofia's streets. I will always have the regret to not found it back. There are some of those objects without which a memory would sink into nothingness, forgotten forever. That is the reason why, without being a materialistic person, I attach importance to stuff which revived fragments of life.

Do you attach importance to objects ?



Crop top : c/o Koshka x Chictopia / Jacket : Second Hand / Pants : Second hand




Follow Couleur Spleen Follow Me on Pinterest

Monday, February 24, 2014

Coïncidences.


J'ai débuté un carnet de coïncidences.

Le principe est simple; relater tous les événements qui semblent avoir un lien entre eux, que ce soit la répétition d'un même chiffre au cours de la journée, un prénom, un lieu, une chanson, etc. Soit, ça semble un tantinet maniaque, mais je trouve l'expérience intéressante. Je me demande si, d'une certaine manière, les coïncidences pourraient nous aider à orienter notre vie, savoir quel chemin emprunter. Et Dieu sait que mon sens de l'orientation est lamentable.
C'est mon côté mystique qui parle, car en tant que bonne agnostique, je n'ai pas encore décidé si je croyais plutôt au hasard, ou plutôt aux coïncidences.

Et vous, quel est votre rapport aux coïncidences ?



I've started a "coincidences notebook".

Basically, it's about writing down all the events which seem to be linked together; the repetition of a same number within the day, a name, a place, a song, etc. Well, it seems a bit obsessive, but I find the experience interesting. I'm wondering if, somehow, coincidences may help us to orientate our life, to choose which way we have to follow. And Lord knows that my sense of directions is appalling.
That's my mystic side which speaks, because as a true agnostic, I haven't decided yet if I tend to believe more in random or in coincidences.

And you, what is your relation with coincidences ?


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...