Monday, September 24, 2012

Chanson d'automne.



"Les sanglots longs des violons de l'automne,
Blessent mon cœur d'une langueur monotone."

On avait appris ce poème à l'école. J'adore Verlaine, et j'adore l'automne.

L'automne est ma saison préférée. L'automne est sensorielle. Il y a tout un travail sur les sens.

Il y a l'odeur des feuilles mortes et leurs couleurs de feu. L'odeur également des premières fumées de cheminées qui se dissipe dans l'air frais du soir. Les premiers tricots que l'on enfile et qui sont doux sur la peau. Le goût des chocolat chauds qui nous font tant saliver, le bruit des branches mortes qui crépitent sous nos pieds. La vision de ces oiseaux qui migrent déjà vers les pays d'Afrique, et la lumière du soir, flamboyante, dorée, éternelle.

C'est le temps des poètes, de l'écriture, des marches dans les bois, des fleurs séchées, des herbiers. L'époque où la nature se meurt dans une beauté sans pareil. Le vent soufflant, la pluie, la mélancolie, le bien-être.

L'automne est orange, rouge et marron, comme ma tenue. En achetant ce manteau plus tôt en septembre, j'étais tellement pressée que l'on en vienne à cette saison tant attendue pour le porter. Et puis il a des carreaux, ma passion du moment. Je ne jurerai que par le tartan si je mettais la main sur un pantalon à carreaux. Il me faudrait aussi de longues chaussettes du genre pour couvrir mes gambettes quand le froid se fera sentir.



I love Verlaine, and I love the autumn.

Autumn is my favourite season. Autumn is sensorial.

There is the smell of the dead leaves and their fire colours. The smell of the firsts smoke coming from the chimneys, spread in the cold evening air. The knits so soft on our skins. The taste of the hot chocolate, the noise of the dry branches crackling under our feet. The vision of those birds migrating to African countries, and the light at the end of the day, blazing, goldish, eternal.

This is the period for poetry, writting, walking in the woods, drying flowers, making herbariums. The period where nature dies in a incomparable beauty. The wind is blowing, it's raining, melancoly, apaisement.

Autumn is orange, brown and red, as my outfit. When I bought this coat in the early september, I was hurry to arrive in this fantastic season to wear it. This coat has squares, it's my autumn's trend passion. I would wear tartan prints all the time if I had tartan pants. I also need over-knees to cover my legs when the cold weather will appears.



Beret : Second Hand / Coat : Attic Sale / Ruffle shirt : Etsy / Suede Shorts : Second Hand /
Wine Tights : Romwe / Black Heels : Romwe / Briefcase : Daddy's

Friday, September 7, 2012

Les heures avant l'inconnu.


Départ.

Article rapide; mes affaires étant quasiment prête, je prend le temps d'écrire quelques lignes, plutôt que d'ouvrir la porte aux témoins de Jéhovah qui s'acharnent sur la sonnette, et qui, de toute manière, perdront leur temps à essayer de me convertir.

Bref.

Je prend le train à 14h40 direction Paris Charles de Gaulle, et de là commencera mon périple de 10 jours en Turquie ! J'arriverai demain matin à 2h35 à Ankara.

J'ai prévu quelques compagnons de route, achetés hier dans une petite librairie où je n'avais jamais mis les pieds auparavant. C'est maintenant devenue ma librairie fétiche. Les livres sont tous à 2 ou 3 euros, alors j'ai fais quelques affaires : "Le Petit Prince", "La Nausée" de Sartre et enfin "La Métamorphose" de Kafka.
Comme les livres sont d'occasions, j'ai été surprise de découvrir en rentrant que des fleurs avaient été dessinées au blanco sur l'illustration de la couverture de "La Métamorphose", comme pour décorer le papier peint... Valérie Damidot, détenais-tu ce livre avant moi ?

L'aventure. Les heures avant l'inconnu, les heures avant le départ, lorsque tout semble encore normal. Je ne ressens jamais d’excitation particulière avant de partir. Je crois que je ne me rend pas compte des évènements qui m'arrivent. Tout me paraît normal, trop normal. Pourtant je m'aventure sur de nouveaux sentiers, je vais rencontrer des nouvelles personnes, voir de nouvelles rues, bâtiments, goûter à de nouvelles saveurs, sentir de nouvelles odeurs, entendre une langue différente. C'est ce qui me plaît le plus dans la vie. La découverte. Je pense que c'est une fois dans l'action que tout prendra son sens, et que j'apprécierai enfin les heures dans l'inconnu.



Departure

A quick post; my things are almost done. I take the time to write few lines instead of open the door to the Jehovah's witnesses, who will fail in their duty of trying to convert me.

Anyway.

I will take the train at 2:40 PM in the direction of Paris Charles de Gaulle, and then it will be the begining of my 10 days trip in Turkey ! I will arrive tomorrow at 2:35 AM in Ankara.

In my bag, some companions will do the road with me. I've bought them yesterday in a small library I never been before. It is now my favourite one. All the books are only for 2 or 3 euros. I bought "The Little Prince", "La Nausée" by Sartre and "The Metamorphosis" by Kafka.

I was surprised to note that some flowers were painted on the cover of the Metamorphosis, as someone wanted to decorate the walls of the drawing.

The adventure. The hours before the unknown, the hours before the departure, when everything seems so normal. I never feel excitement before leaving. I think I never realize what happen to me. Everything is normal, too normal. However, I'm gonna walk on new pathes, I'm gonna meet new people, see new streets, buildings, taste new flavours, smell new perfumes, ear a different language. It's what I like the most in life. Discovery. I think it's when I'll be in action that everything will have a meaning, and that I'll appreciate the hours into the unknown.



Monday, September 3, 2012

La chasse aux trésors !


Hier, c'était le vide grenier annuel de ma commune : le plus grand de tout le Maine-et-Loire !

Je l'ai loupé l'année dernière alors je me devais de le dévaliser cette année.
Levée aux aurores, me dirigeant vers le sanctuaire des vieilleries fantasmagoriques, j'arpentais les allées jonchées de stands tous plus magiques les uns que les autres.

Ce vide grenier là est un rituel. Du plus loin que je me souvienne, j'y ai toujours assisté. Il y a toujours la voix du monsieur au micro qui, depuis toutes ces années, anime la journée de part ces annonces toujours plus abracadabrantesques (="J'ai avec moi un monsieur qui recherche un motoculteur Wolf des années 80"). Il y a, diffusée de part les hauts-parleurs suspendus aux peupliers, la musique de Claude François qui embaume l'air de nostalgie. Les brocanteurs, souriants, chaleureux et passionnés, sont toujours prêts à dévoiler une anecdote sur l'objet qui vous fait de l'œil.

J'aime bien.

On aperçoit des personnes dont notre cerveau avait effacé l'image, et on fouille, encore et toujours, dans cette immense bazar, pensant dénicher la perle rare.

La foule se créée au fil des heures, les pas tranquilles se transforment en piétinements agacés, l'attention s'envole et les yeux ont abandonné leur rôle de radar à bonnes affaires.
Alors on se dit que l'on s'arrête là, que l'on est déjà assez charger et qu'il faut maintenant rentrer à pieds, les bras alourdis par nos trésors débusqués. Et puis, on tombe sur un manteau à imprimé tartan à 5 euros, et on se dit que, même si une dizaine de vestes encombrent déjà notre dressing, on a pas de manteau tartan, et on est plus à 5 euros près.



Yesterday, it was the annual attic sale of my town : the biggest of my region !

I've missed it last year, so I had to find exeptional things this year.
Awoke in the early morning, I walked until this sanctuary of phantasmagorical antiquities, among the valleys of magical stands.

This attic sale is a ritual. As far as I remember, I've been there each year. There is always the mythical voice from the microphone which announces amazing requests (="There is a gentleman with me who is looking for motorized cultivator from the 80s"). There is, coming from the top of the poplar trees, oldies songs as Claude François which are filling the air with nostalgy. Secondhand goods dealers are smiling, cheerful, and ready to reveal a secret about the object you have a crush for.

I like that.

You see people that your brain has forgotten, and you search, again and again in this big bazaar, the object which is waiting for you.

The crowd is growing hours after hours, the easy footsteps become nervous stomping, and your eyes have abandonned their job of radar for good deals.

Then you decide it's enough, you already have your arms heavy because of the huge amount of treasures you bought, and you have to walk all the way back. And suddenly, you have a crush for this 5 euros plaid coat. You know you already have ten or so jackets in your closet, but not a plaid one. After all, 5 euros more or less; it doesn't matter anymore.


Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...