Wednesday, October 31, 2012

Happy Halloween !



"Des bonbons ou un sort ?"

Évidement, personne ne répondait "un sort". Qui voudrait-être volontairement ensorcelé ? Et puis, dans tous les cas, on avait jamais de sort. Nous n'étions pas magiciens malgré notre imagination débordante; dommage, j'aurais adoré.

Halloween était pour moi un jour de fête, à l'image de la danse de Mercredi dans la vidéo : plein d'entrain et d'exaltation. Je me plaisais à essayer mon costume, j'ai toujours aimé me déguiser. J'allais toujours dans le détail, je ne voulais pas faire les choses à moitié : mon costume devait être le plus beau.
Venait le soir, où nous allions faire la tournée des maisons. Au final ce n'était pas les bonbons qui m'intéressaient - je n'aime pas vraiment les bonbons, par contre, le chocolat... Ah ! - mais plutôt l'atmosphère de cette journée.

Par chez moi, la journée d'Halloween se transforme en scène clichée : il y a de la brume sur la Loire, les corbeaux croassent, les chiens aboient au loin et la douce lumière orangée donne un aspect crépusculaire à la nature.

Les choses changent en grandissant. On abandonne la quémande de sucreries au profit des soirées films d'horreurs entre amis. On laisse de côté le déguisement, le folklore, la tradition. Même si j'ai grandi, même si je ne célèbre plus Halloween, cette journée aura toujours une connotation magique. Une odeur de feu de cheminée, de clémentines, de bois qui craque, l'air froid dans une fin d'après-midi dorée.


Qu'est-ce que vous faites pour Halloween ? Est-ce que cette journée est spéciale pour vous ?



"Trick or treat ?"

And then people gave you sweets. Obviously, nobody wanted to receive a spell. Anyway, we weren't wizards despite our incredible imagination. If somebody didn't want to give candies and closed the door in front of us, what could we do ? Only feel a bit stupid, and then continue the sweets collection to other houses.

Halloween was for me a special day, as the Wednesday's dance in the video : full of joy and happiness. I enjoyed disguising myself, and my costume had to be the most beautiful : I thought about the smallest details.
When the evening came, we started our collect. Finally, I was not interested about having a lot of sweets - I don't especially like sweets, but chocolate, ah ! - it was only the atmosphere of this day that made me feel happy.

Where I live, the Halloween's day is always a cliche scene : there is fog on the Loire, ravens cawing, dogs barking, and the soft orange light gives a twilight atmosphere to the nature.

Things are changing when we grow up. We abandoned the candies collection for watching horror movies with friends. We forget the costume, the folklore, the tradition. Even if I grew up, even if I don't celebrate Halloween anymore, this day is still magic for me. A smell of fire smoke, of clementines, the wood cracking, the cold air in a ending golish afternoon.


What are you doing for Halloween ? Is it a special day for you ?



Monday, October 29, 2012

Les chemises.



J'ai près d'une trentaine de chemises.

Je viens de les compter; le chiffre est tombé. Vingt-sept ! Vingt-sept chemises. Ça doit être la cause de l'avalanche fringuesque qui a lieu à chaque ouverture de mon placard.
Nous avons toutes des vêtement "lubie". Souvent pour les filles ce sont les chaussures, pour moi c'est les chemises.

La plupart sont des chemises vintage, je les trouve plus originales (et moins chers, surtout). Ce que j'aime par-dessus, c'est quand le froid s'installe et qu'on peut les mettre sous des pulls. L'apparition du col de chemise est alors un détail qui fait la différence.

Quand les beaux jours arrivent, la chemise se transforme en manteau d'été. Et puis les chemises sont superposables à d'autres chemises, et la façon de les porter est (presque) infinie.

Les chemises et moi c'est un peu comme mon rituel du matin "flocons d'avoine/boisson au riz" : indissociable.

Et vous, quel est votre vêtement lubie ?



I have twenty-seven shirts.

I just counted them : twenty-seven ! That's maybe the reason why there's an avalanche when I open my closet.
We all have a "whim clothing". It's mostly shoes for the girls; for me it's shirts.

Most of my shirts come from second-hand shops, because I found them more original and cheaper. What I like the most, it's when the winter slowly comes and you can put them under sweaters. The collar become a nice detail that makes the difference.

When the sunny days are coming, the shirt become a summer coat. You can put shirts under shirts, shirts on shirts; there are (almost) an infinity of ways to wear it.

Shirts and me, it's like my morning ritual with oat flakes and rice drink : indissociable.

And you, what is your whim clothing ?


Thursday, October 25, 2012

Brainstorming.


J'adore les chemises sous les pulls; je ne jure que par ça. Le temps d'aujourd'hui était froid, et Mo le chat m'a encore suivi faire des photos. J'ai achetés des kakis; je n'en ai jamais goûtés. Les premières clémentines de l'année sont délicieuses. J'ai commencer à caler des fleurs entre les pages de mes livres. J'ai placer une feuille rouge à la page qui m'a fait pleurer dans "Récit d'une vie fugitive". Hier j'ai fais un achat compulsif de petites culottes. Mais ça faisait des mois que je ne m'étais pas acheté de vêtements, alors ça m'a fait plaisir. D'ailleurs, j'ai aussi acheter un leggings que je n'aime pas tant que ça, mais trop tard, je ne peux pas le rendre; j'ai arraché les étiquettes. Vous avez déjà regretté des achats au bout d'une journée seulement, en vous détestant car vous ne pouviez plus les retourner ? Ah, il y a aussi ce pantalon tartan d'H&M qui est magnifique mais au-dessus de mes moyens pour le moment. Peut-être que je pourrais y retourner pour l'essayer et en même temps espionner le vendeur craquant qui travaille là-bas ? Amour platonique.



I love shirts under jumpers. Today it was cold, and the cat Mo followed me, again, to take pictures. I've bought kakis, I never tasted yet. The first clementines of the year are divine. I've started to put plants between my books pages. I put a red leaf at the sadest page of the book "Récits d'une vie fugitive"; I cried. Yesterday I compulsively bought panties. But it's been months since I bought clothes, so it was pleasant. I also bought leggings, but finally I don't especially like them. I can't give it back because I've thrown the tags; did it happen to you to regret a purchase and be angry at yourself because you can't give it back ? Oh, there is also those amazing tartan pants in H&M, but I can't afford myself to buy it now. Should I try it and, in the same time, looking for this cute seller who works in H&M ? Platonic love.



Shirt : H&M / Sweater : Second Hand / Skirt : Romwe / Hat : H&M / Backpack : Mom's / Wedges : eBay


Monday, October 22, 2012

Peinture.


Ma première vraie toile est enfin terminée.

Je n'avais jamais vraiment pris le temps de peindre "sérieusement". Mon expérience en peinture se limitait à ce qu'on nous fait faire au collège (l'art plastique, ce cours merveilleux où fusaient les 19/20, ce qui compensait bien mes notes en mathématiques) et à ce que j'ai "appris" lors de mon année de fac à Rennes.
Pour tout vous dire, mon année de fac n'a servie qu'à me mettre en doute quant à mes "talents artistiques". Lorsqu'un ami a peint une bouse - pour ainsi dire - sur un coup d'énervement et que le prof s'est écrié "C'est formidable !", je me suis demandée si j'étais trop inculte pour comprendre l'art, ou si cette fac ne correspondait tout simplement pas à ce que j'attendais. Bref, c'est pour ça que je n'ai fais qu'une année.

Alors jusque ici je n'avais plus touché de pinceau. Et puis en passant dans un magasin de déco, j'ai vu des toiles en promo, et je me suis dis que ça serait sympa de faire quelques essais dessus. J'ai décidé de recopié à ma manière un auto-portrait de Van Gogh, que j'ai baptisé "Van Gogh Flower Bloom". J'ai peint des tournesols en fond pour faire référence à ces nombreuses toiles représentant ces fleurs solaires, et aussi pour faire le contraste avec son visage très pâle et presque maladif.



My first canvas is finally done.

I never took the time to paint in a serious way. The only experiences I had in painting were the art course in secondary school (that was magical to receive 19/20 while my marks in mathematics were around 4/20) and my year at the univeristy in Rennes.
To be honest, I had big doubts about my "artistic skills" because of this year. One day, a friend of mine was upset and painted a kind of dung (it was supposed to be grass but well...). The teacher said "Oh, THAT'S amazing !" and was really admirative about it. I didn't know if I was too dumb to understand art, or if this university was really not what I expected. I stayed only one year anyway...

I didn't paint anymore for two years, until I found some cheap canvas and thought it would be nice to try to do something on. I've decided to make a cover of a self-portrait of Van Gogh. I called it "Van Gogh Flower Bloom." I've painted sunflowers in the background as a reference because it's a recurring flower in his works, and it makes a contrast with his pale and sick face.



Wednesday, October 10, 2012

Rose gadoue.



Pink Parka : Lee Cooper 80-90's / Grey sweater : New Yorker / Flower shirt : Pull&Bear / Tube scarf : H&M / Beanie : eBay / Boots : New Yorker

La parka rose pour contrer la pluie grise.

Les souvenirs sont facilement transformables. Par exemple, je ne sais plus si j'ai vraiment le souvenir de revoir ma maman porter cette parka lors d'une promenade en forêt lorsque j'étais toute petite, ou si c'est seulement le fait d'avoir vu, il y a longtemps, des photos de cette fameuse ballade qui me donne l'impression de m'en souvenir. En tout cas, la trace sensorielle qui me reste en mémoire est cette impression de temps humide, de boue et de végétation mourante ornant le sol, dégageant l'odeur de l'automne. Un temps comme en ce moment. C'était donc peut-être inconsciemment que j'ai décidé de ressortir cette parka du fin fond du débarras pour faire un petit tour dehors, dans l'environnement moite d'Octobre.



A pink parka to defy the grey rain.

Memories are easily convertible. For instance, I don't know if I really have the memory of my mother wearing this parka for a promenade in the forest when I was a child, or if it's only the fact that I saw pictures about it a long time ago that creates an illusion of memory. The sensorial print of this event is an impression of a wet weather, with mud and death vegetation on the ground, spreading the smell of autumn. An atmosphere like now. It was maybe inconsciously that I decided to take this parka from the lumber room and have a little walk outside, in the muggy environment of October.


Friday, October 5, 2012

Voyages.



Je regrette qu'être voyageur ne soit pas un métier.

Car ce serait sans doute le métier le plus beau et le plus enrichissant. Pourtant, chaque voyage, si enrichissant qu'il puisse être, me renvoie toujours à mon point de départ. Chaque médaille a un revers, et le revers du voyage, c'est le retour. Lorsque l'on voyage, qu'importe la vie qu'on laisse derrière soi, on vit la vie présente. Mais quand il s'agit de retourner chez soi, c'est comme une grande claque, un retour à la réalité et à notre condition d'être normal dépendant de la société dans laquelle il vit. Le rêve prend fin, du moins temporairement, car l'unique souhait qui se manifeste alors est de lui redonner vie.



How nice it would be if being a wanderer was a job.

Because it would be the most beautiful and rewarding job. However, each travel, as rewarding as it is, sends me back to the departure point. Every coin has a back side, and the back side of travelling, it is coming back. When you travel, doesn't matter the life you left behind, you live your present life. But when the moment comes to go back home, it's a big slap, a return to the reality at your state of a normal person totally dependent of the society in which you live. The dream is ending, at least temporarily, because the only wish that came to the mind is to ressurect it.


Monday, October 1, 2012

In a Sentimental Mood.



Écouter Django Reinhardt en écrivant un article sans but.

On dit que Jimmy Hendrix était le Guitar Heroe, mais pour ma part, Django Reinhardt, malgré ses trois doigts, reste LE maître incontesté de la guitare.

J'ai découvert ce week-end l'auteur chinois Chen Fou, et je lis son livre intitulé "Récits d'une vie fugitive". Petit bouquin acheté dans un camion sur un parking de Pornic, recelant des livres usagés. Le récit d'un lettré dans la Chine du 18ème siècle. Le début sa vie conjugale était partagée entre l'écriture de poèmes, la contemplation de la lune et les discussions littéraires interminables avec sa femme Yun. Une vie d'oisiveté artistique.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...