Wednesday, April 24, 2013

Home.



Il y a une morale à chaque fin de voyage.
La mienne serait la suivante : toujours anticiper son retour. C'est une mauvaise chose de partir en ayant simplement une vague idée de comment rentrer à la maison. J'avais eu la prétention de pouvoir faire du stop de Beauvais à Angers; grave erreur, je n'avais jamais côtoyé les grandes routes françaises, ni les péages, ni les ronds points et leurs multitudes de directions. Bref, je me suis retrouvée bloquée dans le nord. Croyant que j'allais passer ma nuit dans un Quick ou une station service, j'ai tout de même eu la chance de trouver une personne ayant l'amabilité de me conduire à la gare, et ainsi prendre le train. Dans chaque situation de crise, il y a toujours cette aide mystérieuse et précieuse qui intervient au moment où les forces et l'espoir semblent nous abandonner. Même si le billet de train lui-même m'a coûté plus cher que mon voyage tout entier, j'étais heureuse de pouvoir rentrer chez moi. Donc, anticiper son retour, avant toute chose.
Pour ce qui est de la Scandinavie, je pense avoir trouvé la terre où il me plairait de vivre pour quelques temps. Même si l'hiver était encore installé au début de ce mois, que j'ai eu froid, que je suis tombée malade et que chaque bourrasque me glaçait le sang et les os, je n'avais encore jamais vu de pays où le respect et la tranquillité règnent en maître. Le calme, dans certaines petites villes, était tellement intense qu'on aurait cru que seules les mouettes en était les résidentes, les êtres humains ayant désertés pour laisser la nature s'épandre.
C'est toujours étrange cette sensation de retour au pays : regarder les photos ou relire son carnet de bord, sans avoir vraiment l'impression que tout cela a bien eu lieu, que c'était vrai, c'était là, c'était présent, mais qu'il s'agit maintenant du passé, de notre passé, et qu'il ne tient qu'à nous de nous souvenir. Chaque voyage nous appartient et est unique, chaque souvenir est comme un trésor qu'il faut garder à jamais. Un souvenir que l'on oublie, s'il n'est pas partagé, se perd à jamais dans l'immensité de l'univers.

Plus que les magnifiques paysages côtiers, plus que les belles rues pavées et les jolies maison de poupée peintes de rouges et de jaunes, ce que je retiendrai le mieux de ce voyage sera sans doute les rencontres. C'est impressionnant de constater que le simple fait de partager quelques moments de sa vie avec des étrangers amplifie considérablement cette sensation de bonheur, lorsque tout semble parfait et que la vie elle-même nous est offerte sous un angle de sérénité et de plénitude, quand seul le présent importe et que le reste n'a plus aucune importance. C'était à Göteborg que malgré moi j'ai versé des larmes en quittant mes hôtes, après avoir passé quatre jours inoubliables à leurs côtés. C'était comme si j'étais à la maison, je ne voulais plus partir, l'idée de retourner le long des routes et patienter des heures avant qu'une voiture s'arrête me paraissait une trop dure épreuve. Se sentir chez soi après quelques instants chez des inconnus, c'est toujours étrange quand on y pense; ces amitiés soudaines qui se crées, ce désir de revoir ces magiciens qui ont fait de notre voyage un de nos plus agréable souvenir. On ne sait jamais, lorsque l'on quitte quelqu'un, si c'est pour toujours. Je préfère penser que les chemins à nouveau se croiseront, et c'est magnifique de savoir qu'il y a une personne qui sera là pour vous accueillir si vous retournez dans son pays.
La personne qui m'accompagnait pendant ce séjour, et que je ne connaissais pas avant cela, fût la plus remarquable "travel buddy" que j'aurai pu imaginer. Toutes ces aventures, c'est avec elle que je les aient partagées, nous avons désormais un morceau de vie en commun. C'est ce fait là que je trouve remarquable; alors que rien ne nous prédisposait à nous rencontrer, voilà que chacune aura posé son empreinte dans la mémoire de l'autre, pour toujours. Je lui en suis reconnaissante, car tout ce que j'ai vécu n'aurait pu avoir lieu sans elle.
Je n'ai pas pris beaucoup de photos, ni même des personnes qui m'entouraient, chose que je regrette. Je pense plus à admirer ce que j'ai sous les yeux au moment présent, plutôt que de le regarder à travers l'œil de mon appareil. Concernant les photos de moi, je ne pense jamais à en prendre en voyage, et les rares fois où j'apparais devant l'objectif, je trouve que j'ai une mine affreuse : les marques du voyage, peut-être !
Comme je disais récemment à mon frère, il y a quelque chose qui me déplaît dans les photos que j'ai prises : les paysages ne renvoient aucun sentiment, je les trouvent vides et sans âme. Pourtant il en était tout autre chose en vrai, je n'arrêtais pas de m'émerveiller à voix haute. Peut-être que la beauté des paysages scandinaves doit se vivre; une beauté qu'ils gardent jalousement et ne veulent pas exporter.


There is a moral at the end of a trip.
Mine would be the following : always anticipate your way back. That's a bad thing to leave with only a vague idea of how you'll go back home. I was pretentious enough to think that I would be able to hitchhike from the Beauvais's airport to Angers, which is about 400 kilometers away. That was a very bad mistake; I never tried to hitchhike on the big french roads, near the "péage" or the roundabout with hundred directions. I was stuck in the north. I though I would spend the night in a Quick (french Mc Donalds) or a gas station, but I found a charitable woman who accepted to drive me to the train station. In each situation of crisis, there's always this mysterious and precious help which intervene when you start to loose your strenghts, your hope. Even if the train ticket was more expensive than my entire trip, I was happy to go back home. Always anticipate your way back.
About Scandinavia, I think I've found the land I would like to settle in for some times. Even if winter was still present at the begining of the month, even if I got cold, ill, and each gust of wind froze my blood and my bones, I've never seen such a country where respect and quietness are the masters. In some small villages, it was so intense that we had the impression only seagulls were the inhabitants, as if humans deserted the place to let the nature reassert itself.
It's always a strange sensation to be back in your homeland : watching the picture or reading your travel diary, without the impression that all this happened, that it was true, present, and that now it's a part of the past, your past, and you're the only one who can remember. Each travel is ours and unique, each memory is like a treasure we have to keep until the end. A memory that we forgot, if we don't spread it, get lost for ever in the infinity of the universe.
More than the wonderful coastal landscapes, than the beautiful cobbled streets and the cute dolls houses painted in red and yellow, what I'll remember the most about this trip is the people I've met. That's amazing to note that the simple fact to share moments of your life with strangers increases this sensation of happiness, when everything seems so perfect and life is showed under an angle of serenity and fullness, when only the present moment matters and nothing else exists. It was in Gothenburg that tears came to my eyes when I had to leave my hosts, after spending four unforgettable days with them. I had the sensation I was at home, I didn't want to leave, the idea of being back on the roads and waiting hours for a car to stop was a too hard challenge. Feeling at home after some moments with strangers, it's always weird when you think about it; sudden friendships appeared, with this desire to meet again those magicians who transformed your trip into one of your best memory. We never know, when we leave someone, if it's forever. I prefer to think that paths will cross again, and that's a wonderful thing to know that somebody in a part of Europe is willing to host you if you're coming back to his country.
The person who shared this trip with me, and that I've never met before that, was the best travel buddy I could imagined. All this adventures, I've shared them with her, we have now a piece of life in common. It's a fact I find remarkable; though nothing predisposed us to meet, each of us printed a trace in the memory of the other, for ever. I'm grateful to her, because everything I lived would have never happened without her.
I didn't take many pictures, even no pictures of the people who were with me. It's something I regret. I tend to take time to admire what is happening now in front of my eyes, not to see it by the lens of my camera. About the pictures of me, I never think about taking some when I travel, and in the rare cases I appear on the photo, I have a terrible face : perhaps the consequences of a tiring trip !
As I told to my brother recently, there's something I dislike in the pictures I took : landscapes don't show any feeling, they are empty, without soul. However it was different in real, I couldn't stop to express that I was amazed. Maybe the beauty of scandinavian landscapes should be admire in real; a beauty that they jealously keep, that they don't want to export.

PS* : Lambi est la mascotte du papier toilette suédois. Mes hôtes à Göteborg avaient des peluches à son effigie en quantité impressionnante, ils nous en ont donc gracieusement offert.
PS** : Passez la souris sur les photos pour voir la légende.


NB* : Lambi is the mascot of the Swedish toilet paper. My hosts in Gothenburg had cuddly toys of it in a huge quantity, so they kindly gave some to us.
NB** : Put the mouse over the images to see the legend.




Follow Couleur Spleen Follow Me on Pinterest

6 comments:

  1. j'espère en garder une bonne image moi aussi…;)

    ReplyDelete
    Replies
    1. Je pense que tu ne seras pas déçue ! En plus tu as la chance de partir au printemps, j'y étais à la sortie de l'hiver et c'était encore terrible. Les paysages vont commencer à être verdoyants, les jolies bourgeons donner de belles fleurs... aah, j'ai bien hâte de voir ton voyage ;)

      Delete
  2. Ce devait être un beau voyage, je suis contente pour toi :)
    Ca me fait tout drôle de voir ces images d'Oslo, elles me replongent dans mes propres souvenirs...
    J'ai lu ton anecdote sur l'autostop avec le chauffeur lituanien. J'ai toujours été un peu réticente avec l'autostop car tu ne sais jamais sur qui tu vas tomber, je préfère de loin les transports en commun ou faire la route en car (même si ce n'est pas toujours très confortable). Je te conseille donc d'être prudente. Mais ce n'est qu'un avis.

    ReplyDelete
    Replies
    1. J'aimerais bien retourner à Oslo pendant les beaux jours, ça doit être plus appréciable. Le temps était vraiment abominable quand j'y étais ! Ça reste tout de même une ville tranquille et sécurisante.

      Pour l'auto-stop, j'ai entendu énormément d'histoires abominables, mais c'est comme tout : on parle toujours des événements malencontreux qui sont une forte minorité par rapport aux histoires qui se terminent bien et qui n'intéressent personne. Les gens aiment bien se faire peur.
      Je n'ai jamais eu de problème, il y a évidement des règles à respecter et qui tombent sous le sens, ces règles qui s'appliquent dans la vie de tous les jours, comme on ne se baladerait pas seule dans les rues de Paris à 2h du matin... et je suis même sure que c'est plus dangereux que faire du stop.
      Il n'y a pas plus de psychopathes sur la route que dans les rues.

      Je pense que chacun devrait être libre de pouvoir se déplacer où il veut gratuitement, et je n'ai pas les moyens de payer les transports "traditionnels", je ne pourrais pas voyager sinon. Donc je suis pour l'auto-stop, je pense que chacun devrait essayer au moins une fois dans sa vie pour forger sa propre opinion et ainsi pouvoir affirmer si oui ou non c'est quelque chose de dangereux.

      Delete
  3. ces photos sont vraiment belles, j'aime particulièrement la dernière!! je connais peu les pays nordiques, mais c'est vrai qu'ils dégagent tous un certain charme qui donnent envie d'y aller!
    http://la-petite-vie-de-marie.blogspot.com

    ReplyDelete
    Replies
    1. Merci à toi !
      Oui ils dégagent cet aspect de tranquillité et de calme qui se vérifie également lorsque l'on est là-bas ! Si tu décides d'y aller, je te conseilles à partir du mois de mai, sinon il y a de mauvaises surprises du point de vue météo ;)

      Delete

Thanks for your comment ! Check back if you're looking for a reply.

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...