Friday, April 26, 2013

Slouchy.



La joie d'être bras nus.

Le bonheur. Enfin, pouvoir sentir le vent doux caresser ma peau couleur coton : vivement que je prenne un peu le soleil !
Ça fait déjà un bout de temps que j'ai acheté cette combinaison sur Etsy, j'attendais impatiemment le moment idéal pour la porter. J'en cherchais depuis des lustres, et quand je l'ai vue, j'ai su que c'était elle qu'il me fallait : rayée, noire, super loose, parfaite. C'est différent de ce que je met habituellement, ce genre de coupe extra-large un peu dans la tendance street-wear oversize qu'on voit ces temps-ci. À dire vrai, il s'agit là d'une "tenue test", car je ne suis toujours pas convaincue de l'effet de cette combinaison.
Mais je dois avouer que c'est tellement confortable ! Je me croirais en pyjama; je la met majoritairement quand je suis à la maison, je n'ai pas encore arpenté la ville avec. Il faut que je fixe ce problème d'ourlet qui ne tient pas, car les jambes sont tellement longues que je pourrais me confectionner une grenouillère. Imaginez pouvoir sortir de votre lit et partir travailler sans avoir besoin de vous changer.

Vous en pensez quoi, des combinaisons ? Trop pyjama ou pas ?



The joy of being bare arms.

Happiness. Feeling the soft wind cuddling my cotton coloured skin : can't wait for the sun to tan it a little bit !
It's been quite a long time I've bought this romper on Etsy. I've been waiting for the perfect moment to wear it. For ages I've been looking for a romper, and when I saw it, I knew it was the one I needed : striped, black, super-loose, ideal. It is different from what I usually wear, this kind of large clothes more and more trendy thanks to the "oversized streetwear" wave. In fact, that's an outfit for test, I'm not really convinced about how it looks !
But I have to say, it's so comfy ! I feel I'm in pyjama; I only wear this romper at home, I've ever been walking downtown with it. I have to fix the hem problem which is always rolling down, the legs are so big that I could sew a sleepsuit. How nice it would be to wake-up and go to work without dressing up.

What's your opinion about rompers ? Is it a little bit "too pyjama" ?



Romper : Etsy / Everything is second hand




Follow Couleur Spleen Follow Me on Pinterest

Wednesday, April 24, 2013

Home.



Il y a une morale à chaque fin de voyage.

La mienne serait la suivante : toujours anticiper son retour. C'est une mauvaise chose de partir en ayant simplement une vague idée de comment rentrer à la maison. J'avais eu la prétention de pouvoir faire du stop de Beauvais à Angers; grave erreur, je n'avais jamais côtoyé les grandes routes françaises, ni les péages, ni les ronds points et leurs multitudes de directions. Bref, je me suis retrouvée bloquée dans le nord. Croyant que j'allais passer ma nuit dans un Quick ou une station service, j'ai tout de même eu la chance de trouver une personne ayant l'amabilité de me conduire à la gare, et ainsi prendre le train. Dans chaque situation de crise, il y a toujours cette aide mystérieuse et précieuse qui intervient au moment où les forces et l'espoir semblent nous abandonner. Même si le billet de train lui-même m'a coûté plus cher que mon voyage tout entier, j'étais heureuse de pouvoir rentrer chez moi. Donc, anticiper son retour, avant toute chose.

Pour ce qui est de la Scandinavie, je pense avoir trouvé la terre où il me plairait de vivre pour quelques temps. Même si l'hiver était encore installé au début de ce mois, que j'ai eu froid, que je suis tombée malade et que chaque bourrasque me glaçait le sang et les os, je n'avais encore jamais vu de pays où le respect et la tranquillité règnent en maître. Le calme, dans certaines petites villes, était tellement intense qu'on aurait cru que seules les mouettes en était les résidentes, les êtres humains ayant désertés pour laisser la nature s'épandre.
C'est toujours étrange cette sensation de retour au pays : regarder les photos ou relire son carnet de bord, sans avoir vraiment l'impression que tout cela a bien eu lieu, que c'était vrai, c'était là, c'était présent, mais qu'il s'agit maintenant du passé, de notre passé, et qu'il ne tient qu'à nous de nous souvenir. Chaque voyage nous appartient et est unique, chaque souvenir est comme un trésor qu'il faut garder à jamais. Un souvenir que l'on oublie, s'il n'est pas partagé, se perd à jamais dans l'immensité de l'univers.


Thursday, April 11, 2013

Le long des routes.


Lorsque vous lirez ce message, je serai déjà partie.

J'ai toujours adoré l'aspect dramatique de cette phrase. J'ai souvent imaginé l'utiliser un jour; voilà une chose de faite. Je serai partie pour la Norvège. Je m'excuse par avance, je n'ai pas pris le temps de planifier des posts, donc vous devrez vous passer de ma présence pendant deux semaines (oh !) Mais, ça en vaudra la peine, du moins je l'espère, puisque je compte préparer un article tout beau dès mon retour.

Lorsque vous lirez ce message, mes pieds foulerons cette contrée inconnue, parfumée d'odeurs nouvelles, emplie de la mélodie d'un langage que je n'ai encore jamais entendu. Étrangement, je n'ai aucune attente quant à ce voyage : je n'aime pas me dire que ça va être extraordinaire, ou galère, ou que sais-je. Je préfère voir au fur et à mesure, découvrir sans anticiper, juste prendre les choses comme elles viennent. Lorsque l'on a trop d'attentes concernant un événement, on peut vite déchanter. Évidemment, j'ai envie que tout ce passe pour le mieux, mais j'ai toujours fais preuve de pragmatisme et d'une neutralité quasi aberrante face aux choses qui, dans le commun du monde, serait excitantes et formidables.
Avril n'était pas la meilleure période pour aller là-bas. Je crois que si l'on attend toujours le bon moment, on ne part jamais. J'ai de très lointains ancêtres Norvégiens; parfois je me demande si, d'une certaine manière, les souvenirs de nos ancêtres pourraient être gravés en nous, ce qui pourrait expliquer nos attirances pour certains lieux, certaines passions sorties d'on ne sait où. J'ai tellement rêver d'aller en Norvège en jour; m'y voilà enfin !

Le dilemme actuel, c'est le sac. Il faut faire des sacrifices quand on voyage en "low budget". Pas de bagage en soute, donc un bagage à main unique, n’excédant pas dix kilos. Je pars dans un pays où la température actuelle est hivernale, avec de la neige et de la pluie. Comment ne pas prendre trop d'affaires ? Surtout lorsque l'on prévoit d'emmener des compagnons de route à pages, des cadeaux pour les hôtes, des appareils photos, couvertures, sacs... Eh. Deux semaines avec le stricte minimum, et pas de shampoing.


Petites astuces concernant les fringues lorsque l'on voyage très léger :
On a toujours tendance à prendre plus de vêtements que nos besoins. L'important est de composer au moins deux tenues, pour ensuite les mélanger et trouver d'autres associations entre elles. Miser sur les superpositions et les articles simples; on est en voyage, pas (trop) de chichis (si possible). N'emmener qu'une paire de chaussure, la plus confortable et résistante. Porter le maximum d'affaires sur soi, ce qui permet de remplir le sac plus amplement si besoin. Tant pis si on a trop chaud ! (ça ne sera pas mon cas, haha...) Si on ressent un énorme besoin de rester un tant soit peu élégante en toute circonstance (parce qu'il faut tout de même un minimum), porter quelques accessoires simples (bijoux, chapeau, foulard...) qui donne une touche un peu plus habillée à une tenue de voyage. Élégance et voyage peuvent bien s'accorder. Emmener du savon solide (pas de liquides dans l'avion) pour se laver mais aussi laver ses sous-vêtements, ce qui évite d'en emporter une quantité faramineuse.
Ces astuces tombent sous le sens, mais c'est toujours bien d'avoir de l’organisation dans sa valise. Pas forcément dans son périple.

Il est donc temps pour moi de retourner à mes préparations. En attendant, vous pouvez lire mon interview pour le site Confidentielles. En la relisant, je me dis d'ailleurs qu'une fois de plus, je suis allée trop loin dans mes discours lunaires et abstraits.

Des astuces pour voyager léger ? D'ailleurs, est-ce que vous aussi vous faites preuve de neutralité intensive face à des événements géniaux ?



When you'll read this message, I'll be gone already.

I always find this kind of sentence so dramatic. I often imagined to use it one day; that's something done. I'll be gone in Norway. I feel terrible, I didn't take the time to write posts in advance, I'm sorry. I'll come back in ten days, with a super article about my trip.

When you'll read this message, my feet will walk on this new land, filled with parfums I've never smelt, with the melody of a language I've never heard. Strangely, I'm not expecting anything about this trip : I don't like to think that it will be awesome, hard or something. I prefer to discover without anticipate and take the events as they come. When we're expecting too much, we can be disapointed. Of course, I want everything to run correctly, but I've always been very pragmatic and extremely neutral in front of events that should be, for the majority of people, exciting and tremendous.
April was not the best period to leave. But I think that if we're always waiting for the good moment, we might never leave. I have Norwegian ancesters far in my genealogy; sometimes I wonder if, somehow, the memories of our ancesters can be set in our genetics, which can explain our attraction for specific places and countries. That was my dream to go to Norway one day; here I am !

The present dilemma, it's the bag. You have to make sacrifices when you travel on a "low budget" formula. No hold bag, only one hand luggage, not heavier than ten kilogrammes. I'm going to a country where the temperature is still really cold, with rain and snow. How to not bring too many things, when you plan to take books, gifts for the hosts, cameras, bags, blankets... Eh. Two weeks with the bare minimum, and no shampoo.

Some little advices about clothes when you travel "light" :
We always tend to bring more clothes than our needs. The most important it's to compose at least two outfits, then you can mix them and find new associations. Another thing it's to choose simple clothes that you can layer, and bring only ONE (yep !) pair of shoes : the strongest and most comfortable. It's better to wear the maximum of clothes directly on you, then you can put more stuff in your bag. Of course can be still elegant, travelling and looking pretty can coexist : choose little accessories (jewellery, scarf, hat...) that make your travel outfit more chic. You can bring non-liquid soap (liquid are forbidden in the plane) to wash yourself and your underwear, it avoids you to bring too many of them.
These tricks stand to reason, but it's always better to have organisation in your luggage. Not necessarily in your trip.

It's time for me to return to prepare my stuff. Do you have some advices to travel "light" ? And are you the kind of person who is too neutral when amazing things happen ?





Follow Couleur Spleen Follow Me on Pinterest

Friday, April 5, 2013

Ants on The Dunes.


Les messages sur les t-shirts, voilà un bon sujet.

Je me souviens une fois lorsque j'étais à l'étranger, une femme portait un t-shirt avec écrit : "J'aime le citron et les papillons". Forcément, pour elle, si elle n'était pas française native, ce message n'avait pas vraiment de signification. Au fond c'est mignon, d'aimer le citron et les papillons, j'adore ça aussi, mais c'est toujours bizarre de lire une telle phrase sur un t-shirt. C'est comme nous, lorsque l'on porte un haut avec écrit n'importe quel message en anglais, comme ce t-shirt, choisit uniquement à titre d'exemple : on comprend ce que ça signifie, mais ça ne nous donnera pas la même impression que si c'était écrit dans notre langue. Imaginez lire "Reine du drame", sur le t-shirt de quelqu'un; ça fait un peu cul-cul, non ?
Bref, tout ça pour dire que j'aime beaucoup ce t-shirt que j'ai acheté il y a déjà plusieurs années de ça, mais qu'au final, "les dunes", ça n'a pas vraiment de sens. Enfin, peut-être qu'il ne faut pas chercher à ce que tout ait un sens.

Navrée de vous imposer ce même vieux mur en pierre, fissuré et habité par les araignées. C'est en fait le meilleur endroit que j'ai trouvé pour faire des photos assez claires car la lumière donne toujours dessus, sans pour autant éblouir; je peux toujours essayer de faire à nouveau des photos à l'intérieur, mais les résultats n'ont jamais été probants. À voir, j'ai bien envie de changement en ce moment !

J'aime bien quand le printemps arrive et que les petites bestioles sortent. Sauf les mouches, je n'aime pas trop. Mais les fourmis, c'est assez fou : penser que des millions d'années avant nous, elles avaient déjà cette hiérarchie avec une reine et des ouvrières qui ramène à manger, des nounous qui prennent soin des larves, et des éleveuses qui protègent les pucerons des coccinelles pour en échange leur soutirer le miellat. C'est fou, c'est exactement comme nous qui élevons des brebis et les protégeons des loups. Alors je me demande s'il y a un certain schéma universel immuable et ancré dans "la vie" qui fait que dans chaque règne, il y a une organisation avec ceux qui servent et ceux qui sont servit. D'où vient cette règle ? Est-ce qu'on a copié les fourmis ? Où est-ce que c'est quelque chose de plus complexe qui vient d'on ne sait ou ni pourquoi, mais qui a été appliqué à toutes les espèces ? Qu'est-ce qui nous a dit qu'on devait faire les choses comme ça, qu'on devrait agir de telle manière ? La vie est incroyable. On a beau essayer de remonter à la source des choses, de chercher le pourquoi du comment, tout reste un mystère. Comme les messages sur les t-shirts.

Vous avez le même sentiment ? Lorsque l'on porte un haut où il est écrit un message dans une autre langue, ça atténue son sens et le rend plus "passe-partout" ?



Messages on t-shirts; that's a good topic.

I remember a day when I was abroad, a woman wore a t-shirt written "J'aime le citron et les papillons" (="I love lemon and butterflies"). I guess, if she wasn't a native french, this message didn't have a real signification. That's cute to love lemon and butterflies, I love that too, but it's always weird to read that on a shirt. That's like people who are not native english and wears t-shirt with english messages on it, like this one, only used to illustrate the following example : we understand what it means, but I guess it would be weird for a native english to wear a t-shirt "Drama Queen", as me to wear a top "J'aime le citron et les papillons". If you're Croatian, or Polish, or Spanish, every nationality but not native English speaker, and you translate "Drama Queen" in your language and wear it on a shirt, I guess it would be a bit ridiculous.
Anyway, all these hard explanations only for saying that I love this t-shirt that I've bought some years ago, but that I'm usually not fond of messages on t-shirt. "The Dunes"...

Sorry to always showing you this old stone wall, cracked and habited by spiders. That's actually the best spot I've found to take pictures, because the light always comes here. I can try to take pictures inside, but I was never satisfied by the result. Let's see, I need a change !

I like when spring is coming and little insects are hanging out. Except flies, I don't like them that much. But ants are a crazy fact : if you think that millions years before us, they already had a hierarchy with a queen and workers who bring food, nannies who are taking care of the eggs, and stockbreeders who protect aphids from ladybirds to take their milk in exchange. That's crazy, it's like us who breed goats and protect them from wolves. So I wonder if there is an immutable and universal scheme applicable to each species on earth which instore a rule between those who serves and those who are served. From where is coming this rule ? Did we copy the ants ? What is this thing which told us from the begining how to act, what to do ? Life is incredible. We try to find the source of everything, to always understand how and why, but everything is still a mystery. Like messages on t-shirts.

Do you think so ? When you wear a top with a message written in another language than yours, does it makes it a little bit less "silly" ?


Tuesday, April 2, 2013

Cap vers le Grand Nord.


Hier, je ne pensais même pas partir à Oslo.

Mais mon avion décolle le 10 avril. Évidemment, je serai à son bord. Tout s'est fait en quelques minutes. Après que la personne avec qui je pars m'ait dit "Oui, vas-y, tu peux acheter tes billets", le sort en était jeté. Je pars dix jours à Oslo.

Le plus étonnant dans cette histoire, c'est que je ne connais absolument pas la fille avec qui je vais voyager. Tout ce que je sais, c'est qu'elle est peintre et Polonaise, que via Couchsurfing elle cherchait quelqu'un avec qui explorer un peu l'Europe, et je me suis dis que c'était cool. Alors je lui ai écrit.
Je pense que le fait de ne pas connaître cette personne contribue d'autant plus à accroître les notions d'aventure et de découverte auxquelles j'associe le voyage. J'ai souvent beaucoup plus de facilités à partir à l'aventure seule ou avec des étrangers qu'avec des amis, car je compterai trop sur ces derniers pour me remuer et je n'oserai rien faire par moi-même. Hors, lorsque l'on se retrouve confronté à sa seule personne et que l'on sait qu'on est le seul maître à bord, c'est un très bon exercice pour apprendre à être indépendant, autonome et s'ouvrir l'esprit. Même si cela peut paraître égoïste et que toutes les personnes ayant vu Into The Wild savent que "le bonheur n'est vrai que lorsqu'il est partagé", j'aurais toujours une tendance à penser que vivre seul des expériences intensives aident à se construire - ce qui est le plus important de mon point de vue - et donc, par la suite, construire de meilleures relations avec autrui.
C'est bizarre, car ça fait plusieurs mois déjà que je me dis qu'il faudrait que je planifie un voyage, car mon envie de partir ne peut plus se taire. C'était l'occasion rêvée. Je disais toujours que je n'avais pas assez d'argent pour pouvoir partir; je ne suis pourtant pas plus riche aujourd'hui qu'hier, au contraire, je crois que j'avais juste besoin de quelqu'un pour me booster et faire un morceau de route avec. L'argent est bien trop souvent un prétexte qui nous empêche de sortir de notre zone de confort.

Je ne sais pas quel va être le plan, surement faire un peu d'auto-stop jusqu'à Göteborg et dans les alentours pour voir les paysages scandinaves. Profiter de ma liberté d'action, de mon libre-arbitre, profiter du printemps, et faire des photos !
J'emporterai mon appareil reflex argentique que j'avais acheté au vide-grenier. C'est bête, je ne veux pas emmener mon bridge par simple peur de le perdre ou de me le faire voler, alors qu'un appareil photo sert justement à immortaliser ses voyages. Mais, comme j'ai découvert il y a très peu de temps que mon argentique fonctionnait et avait en fait une pellicule, je vais inaugurer la photographie "old school".

De part ce type de situation je me dis que tout ne tient à rien, et qu'au final, il suffit de prendre des décisions pour faire avancer sa vie.

Voyager seule, comment voyez-vous cela ? Avez-vous déjà eu des expériences de ce type ?


______
PS : Les gagnantes du concours Firmoo sont Laura H., Clara J. et Sylvie B. ! Félicitations, et merci tout le monde de votre participation !


Yesterday, I even didn't think I'll go to Oslo.

My plane is leaving on the 10th of April. Obviously I'll be in. Everything has been done in few minutes, just after that the person with whom I'll travel told me "Okay, let's buy your ticket !". I'm going to spend ten days in Oslo.

The most incredible thing in this story, it's that I don't know at all the girl who is going with me. All what I know, it's that she's Polish and painter, and via Couchsurfing she was looking for someone to explore Europe, what I've found really cool. So, I wrote to her.
The fact that I don't know this person contributes to increase the notions of adventure and discovery that I associate with travel. I often have more easiness to going on a trip alone or with strangers than with friends, because I would rely to much on them and not doing things by myself. But, when you are alone with your own willpower and you're the only master on board, that's a good exercise to learn how to be independant and open-minded. Even if it seems selfish and all the people who has seen Into the Wild knows that "happiness is real only when shared", I would always tend to think that living strong experiences alone help to build yourself, and afterward help to build better relations with others.
That's strange, it's been months that I'm thinking to plan a trip, because my wish to travel can't shut up. That was the very good opportunity. All the time, I was telling myself that I don't have enough money, so I can't move; I'm not richer than before, that would be the contrary, but I think I just needed someone to give me that chance to cover a little bit the roads with. Money is only a pretext that prevents us to leave our comfort zone.

I don't know what the plan will look like, probably hitchhiking from Oslo until Göteborg and its surrounding to see Scandinavian landscapes. Enjoying freedom, going here and there, enjoying spring, and taking pictures !
I'll bring my analog camera that I've bought in attic sales. That's stupid, I don't want to take my bridge camera because it's new and I'm afraid to loose it, though camera are made to immortalize a trip. But as I've discovered that my analog camera is working and has a film, I'll inaugurate the "old school" photography.

From the example of this situation, I can realize that everything comes out of nothing, and that finally, we only need to take decisions to make the things changing in our lives.

What's your opinion about travelling alone ? Did you already have this kind of experience ?


______
NB : The winners of the Firmoo giveaway are Laura H., Clara J. et Sylvie B. ! Congratulations, and thank you everyone for your entries !

Lumière étrange au dessus de l'eau / Strange light above the water

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...